COLLECTIF GENERATION ELILI  /  BLOG

Information

This article was written on 16 avr 2012, and is filled under L'autonomisation de la femme, Travaux.

Current post is tagged

, ,

Na libongo, « au port » – Lebon Ziavoula

Au Congo, la femme a été pendant longtemps considérée comme un être faible, et l’est encore dans une certaine mesure aujourd’hui. Elle a été privée de plusieurs droits tels que le droit de travail, et le droit à l’héritage. Aujourd’hui, des femmes  sont pourtant au cœur même de l’activité économique du pays. Elles assurent ainsi une certaine autonomie financière, qu’elles soient mariées ou non.

On en rencontre certaines au Beach autonome de Yoro, situé dans l’arrondissement de Talangai, et alimenté par les villages de l’Ile Mbamou (située au cœur du fleuve Congo en amont des Capitales Brazzaville et Kinshasa) et par une partie des villages de la République Démocratique du Congo, situés le long du fleuve.

Née en 1966, Yvonne est veuve et mère de cinq enfants. Après le décès tragique de son mari, elle s’est lancée dans une activité économique, question de subvenir aux besoins de la famille. Contrainte à certains risques, elle quitte en pleine nuit chaque matin à 4 heures sa maison. Cuvette sur la tête, elle se rend au port de Yoro lieu où elle exerce son activité, et rejoint ses collègues commerçantes.

Sa journée est mouvementée par les cris des vendeurs et des porteurs, elle achète et revend au petit marché de la place les produits en provenance des villages.  Vers 17h00 elle est de retour chez elle, et son activité lui aura permis de préparer la nourriture pour toute sa famille.

Lebon Ziavoula

 

2 commentaires

    This post currently has 2 responses.

  1. khelly manou de mahoungou
    11 mai 2012
  2. Name *
    11 mai 2012

    merci tata le bon je vois encore comment elle es démerde le bonne femme c’est encourageant mais elle à du chemin à se faire encore ça ira j’espère bien de choses si tu peux continuer ce reportage avec des femmes aussi plus jeunes qui se cherchent dans leurs quotidien pourquoi pas faire rentrer ce travail mais la femme actuelle sens e réflexion

Laisser un commentaire