Baudouin Mouanda

Une mode dans les cataractes

Au sud de Brazzaville, les cataractes sont considérées comme un site touriste qui fait face aux rives des deux Congo, Brazzaville et Kinshasa. Les jeunes congolais viennent y passer le week-end.

Les filles, à l'imitation des mannequins veillent à leur démarche. Ces jeunes passionné de mode rêvent d'affronter les couturier européens et d'êtres présentes sur la scènes internationales. En attendant la création des stylistes congolais et leur unique fierté «  il nous manque juste marches, les scènes, on les crée » Daudelvia, et Misha qui se surnomment les tigresses, font part de leur passion: « le vrai plaisir c'est de libérer son esprit, son corps et de faire attention aux talons qui rythment la démarche, au son d'une musique qui reste intérieure, voilà pour nous le secret de la mode »

Betty, couturière autodidacte, se souvies de ses débuts, après des multiples stages au centre culturel français devenu « institut français » de Brazzaville. Elles se sentent plus à l'aise dans leur atelier de Moukondo, un quartier nord de la capitale, où leur talent est sollicité. Pour ces jeunes stylistes, le courant de la mode vis à vis de la communauté congolaise n'est pas surprenant lorsqu'on sait qu'on ne nait pas deux fois «  je m'habille, donc je vis » dit l'une d'elle. Cela vaut aussi pour les hommes que l'on appelle « sapeurs ».

Biographie

Baudouin Mouanda (1981), Photographe Congolais, membre du Collectif Génération Elili et d’Afrique in visu.

Ce photographe débute la photographie en 1993. Très vite, il chronique pour les journaux locaux la vie brazzavilloise en se détournant du conformisme, il pose un regardsur les guerres à répétition au Congo avec son travail "Les Séquelles de la Guerre".En 2007, il bénéficie d’une formation à Paris au CFPJ (Centre de Formation et de Perfectionnement en Journaliste).

Il en profite pour réaliser un travail personnel sur la société congolaise à Paris et en banlieue intitulé « la Sapologie ». Il le continu en 2008 à Brazzaville. En 2009-2010, il expose ce travail dans l’exposition « L’art d’être un homme » au Musée Dapper à Paris puis dans le cadre des Rencontres Africaines de la Photographie de Bamako où il a obtenu le prix Jeune Talent et un prix de la fondation Blachère. Il vient de réaliser une résidence (Visa pour la création) pendant 3 mois au Gabon, à Libreville pour développer son travail « Hip-Hop et Société » et suivre les élections présidentielles.

Baudouin Mouanda publie régulièrement dans Afrique magazine, Jeune Afrique, VSD, L’Express Style et Planète Jeune. Son travail fait parti de plusieurs collections en France et à l’étranger.