Bodard Bassouamina

Identité

Ils attirent l’attention, même de l’observateur le plus distrait. Ils ont de longs cheveux à la place de coupes de cheveux rasés de près. Ils sont danseurs, chorégraphes et interprètes. Ce sont des artistes. Ils portent les noms d’Akramo, Orchy, Merveille… Leur apparence est un véritable moyen de s’identifier et d’être identifié.

A la question de pourquoi ce choix, Akramo répond « Affaire de goût simplement. Je me trouve beau ainsi » et Orchy de compléter «  on tient le flambeau de nos aînés et pères de la Jamaïque et de la Côte d’Ivoire » en référence marquée à Bob Marley et Alpha Blondy. Merveille quant à lui, renchérit en ces termes «  Les longs cheveux témoignent et plaident pour notre engagement en faveur de la justice… Le monde est injuste ».

Outre les cheveux, tout en eux exprime un langage y compris le corps. Le langage corporel exprime et exécute des chorégraphies avec des lignes et courbes formidables. La voix emprunte le langage du corps pour dire son ras-le bol, sa joie, son amour, etc. Le corps supplée les mots.

Biographie

Né à Brazzaville, Bodard commence à s'intéresser à la photographie grâce à un ami photographe. Celui-ci lui explique les bases telles que la mise au point, le tirage et le développement au laboratoire, l'utilisation des différentes pellicules etc… Toute cette culture photographique le passionne et il s'achète à l'âge de 17 ans son premier appareil, un Zénith 11.

Il rencontre par la suite le photographe Baudouin Mouanda (collectif Génération Elili), avec lequel il apprend la différence entre la photographie amateur et professionnelle. Il s'améliore en participant à plusieurs ateliers entre 2005 et 2007, et grâce aux différentes rencontres avec d'autres photographes.

Dans ses travaux photographiques, il revisite son enfance, jette un regard sur l'autonomisation des la femmes dans son pays.

Les autres projets de l'artiste