Bodard Bassouamina

Liberté de la femme

Madame Magalie NZOUZA âgée de 31 ans est une femme mariée, mère de deux enfants, elle a commencé le métier de sculpteur depuis longtemps. Traditionnellement au Congo, la femme a été uniquement destinée à la cuisine, au ménage et aux divers travaux domestiques.

Mais avec l’évolution elle travaille dans les administrations au même rang que l’homme. Aujourd’hui la femme congolaise est pratiquement libre et autonome, elle bénéficie les mêmes avantages que l’homme. La femme n’est plus un instrument de l’homme, un compagnon aux tâches ménagères. Elle a compris qu’elle pouvait prendre ses propres décisions.

Dans la vie, les personnes qui manquent de moyens ont perdu leur droit de décider eux-mêmes, laissant de ce fait le pouvoir de décision aux autres.

Par conséquent, de nombreuses femmes congolaises ont compris qu’il fallait opter irréversiblement vers l’autonomisation. C’est le cas de Magalie qui s’est lancé dans l’artisanat et sculpte le bois pour produire des mortiers et des pilons.

Biographie

Né à Brazzaville, Bodard commence à s'intéresser à la photographie grâce à un ami photographe. Celui-ci lui explique les bases telles que la mise au point, le tirage et le développement au laboratoire, l'utilisation des différentes pellicules etc… Toute cette culture photographique le passionne et il s'achète à l'âge de 17 ans son premier appareil, un Zénith 11.

Il rencontre par la suite le photographe Baudouin Mouanda (collectif Génération Elili), avec lequel il apprend la différence entre la photographie amateur et professionnelle. Il s'améliore en participant à plusieurs ateliers entre 2005 et 2007, et grâce aux différentes rencontres avec d'autres photographes.

Dans ses travaux photographiques, il revisite son enfance, jette un regard sur l'autonomisation des la femmes dans son pays.

Les autres projets de l'artiste