Lebon Chansard Ziavoula

L'accès à l'eau potable, un paradoxe congolais

Le Congo dispose d’importantes ressources en eau pouvant servir pour l’approvisionnement de sa population. Paradoxalement, l’accès à l’eau potable demeure un véritable casse-tête pour la majorité des congolais. Pour une utilisation à des fins de ménage, les populations achètent de l’eau auprès des particuliers disposant des forages. Pour l’achat d’un bidon de 25 litres, il faut payer une somme de 50 FCFA et 25 FCFA pour le seau de 10 litres.

En milieu rural, la situation est pire. Les forages installés dans certaines localités ne sont pas fonctionnels. Les populations utilisent l’eau des puits, des sources non aménagées et des rivières. Les femmes sont soumises à des corvées dans la recherche d’eaux qui leur fait perdre beaucoup de temps. Aussi, on déplore, l’exécution de ces corvées par les enfants qui parfois courent les risques de perdre leurs vies par noyade dans les rivières, les fleuves et les puits.

Biographie

Né en 1988 au Congo, Lebon Chansard Ziavoula est avant tout étudiant en communication à l’Université Marien Ngouabi. 

Son arrivée dans le domaine de la photographie est le fruit des rencontres avec Lumière Moussala et Baudouin Mouanda. Après un moment d’échanges, il découvre les techniques de la photographie professionnelle. Il commence avec la photographie en classe de terminale lorsque son oncle paternel lui offre un appareil photo de marque Canon.

Orphelin de mère, Lebon découvre à travers son objectif une autre dimension de la photographie, celle de conserver les traces. N’ayant pas connu sa mère, il décide de l’immortaliser à travers son objectif.

Depuis 2010, Lebon fait partie du Collectif Génération Elili. Ses travaux ont déjà été exposés à Brazzaville (Centre culturel Russe, restaurant « o’ sympathic »…).